Alibaba, une ambition démesurée résumée en 5 points

C’est auprès des journalistes du magazine LSA,, que le directeur France du géant chinois de l’e-commerce Alibaba, Mr Sébastien Badault, a fait le tour de la stratégie de son groupe.Faut-il rappeler en préalable les propos du président d’Alibaba, Michael Evans :

 

 

« L’e-commerce ne surpassera pas le commerce traditionnel, ni en Chine, ni ailleurs »

LSA a donc décidé de résumer en 5 points clés l’esprit et la philosophie d’Alibaba, et nous reproduisons cette vision du magazine, dont vous pouvez retrouver le dossier dans son intégralité.

1/ L’expansion d’Alibaba

 

« En 2016 Alibaba est devenu le 1er distributeur mondial. Nous avons mis 13 ans pour atteindre 400 milliards de dollars de volume d’affaires, Walmart a mis 53 ans. En 2016 le 1er distributeur du monde, avec 500 milliards de dollars de volume d’affaires« .

 

2/ La philosophie du New Retail

 

« Jack Ma a défini le New Retail. Le New Retail, ce n’est pas l’omnicanal, c’est redéfinir la relation avec les consommateurs sans penser aux canaux. C’est la data et de la techno. On ne croit pas à la mort du magasin mais plutôt à l’émergence d’un nouveau type de point de vente« .

 

3/ Ses ambitions en France

 

« Nos ambitions pour la France ? Nous voulons surtout aider les marques françaises à faire du commerce en Chine. A ce jour, nous avons 250 marques françaises qui vendent en Chine sur notre marketplace, dont 60 nouvelles, rien qu’en 2016. Mon conseil, c’est d’en faire une priorité car vendre en Chine ne s’improvise pas. Il faut une personne dédiée sur ce projet, au moins au départ, pour être efficace« .

 

4/ La fluidité de l’expérience

 

« En Chine, Alibaba possède son propre Netflix, son propre Deezer, sa solution de paiement, etc. Les consommateurs se connectent une seule fois avec leur identité pour tous les services. On peut ainsi les identifier, et entrer en relation avec eux plusieurs fois par jour« .

 

5/ Le paiement facilité

 

« L’e-commerce chinois pèse 750 milliards de dollars, les Chinois achètent 4 à 5 fois plus en ligne que les Occidentaux. Cela s’explique par la fluidité du paiement. Aujourd’hui, ils paient le café, leur facture d’électricité et leur journal avec Alipay. En France, il faut mettre des codes partout quand il ne pas attendre un SMS de la banque pour avoir confirmation d’une autorisation de paiement, c’est autant de frein à l’e-commerce« .

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *