Amazon veut-il devenir un contribuable exemplaire ?

Le géant de l’e-commerce, Amazon, s’est fendu d’un communiqué de presse le 5 février dernier, en annonçant fièrement :

« Nous sommes parvenus à un accord de règlement d’ensemble avec les autorités fiscales françaises sur des questions liées au passé »

Depuis 2012, l’administration fiscale réclamait à la filiale française d’Amazon des arriérés d’impôt et des pénalités, concernant la période comprise entre 2006 et 2010. Bercy réclamait ainsi 252 millions de dollars, environ 200 millions d’euros.

Amazon et Bercy, qui se sont affrontés sur le sujet pendant plusieurs mois, se sont donc mis d’accord sur une solution à l’amiable. Pendant ce temps, Amazon a pris la décision, depuis 2015, de déclarer ses revenus en France et non plus au Luxembourg, comme cela était le cas à l’époque des faits. Et Amazon a beau jeu de mettre en avant ces bons sentiments en expliquant :

  « En août 2015, nous avons établi une succursale d’Amazon EU Sarl en France afin d’avoir la meilleure organisation possible de nos activités pour servir au mieux nos clients. L’ensemble des chiffres d’affaires, charges, profits et taxes liés à l’activité de commerce de détail sont désormais comptabilisés en France ».

Une volonté assumée ou une stratégie pour redorer son image

 

On peut légitimement se demander si les intentions d’Amazon ne sont prises que dans un but de redorer son image de marque ou si le groupe américain a réellement envie de ‘échanger ». Il faut dire, que les libertés (et le mot est faible) prises avec le fisc français comme avec tous les services d’impôts partout en Europe, commencent à peser sur la notoriété de l’e-commerçant. Les consommateurs, forcément au courant de ces déboires fiscales, condamnent de plus en plus sévèrement les entreprises, cherchant à s’enrichir sans participer au bien général. Les appels au boycott se multiplient un peu partout en Europe. Faut-il voir dans ces réactions d’Internautes l’explication ayant conduit Amazon à accepter de revoir sa copie et de s’accorder avec le fisc français ?

 

Et vous, êtes-vous engagé dans un boycott vis-à-vis d’une entreprise étrangère indélicate en ce qui concerne le paiement de ses impôts ?

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *