Avec Leader Price, est-ce la mort du hard-discount en France ?

 

Après Lidl, Aldi, Franprix et tous les autres, c’est au tour de l’enseigne low-cost de Casino, Leader Price, de tourner définitivement le dos au hard discount. L’enseigne avait déjà multiplié les entorses au concept au cours de ces dernières années, mélangeant les genres. Déjà en 2011, le blog Commerce et Grande distribution soulignait cet état de fait, qui est maintenant officiel et affiché (et donc assumé)Le distributeur va donc opérer (et c’est déjà bien avancé) une montée en gamme, avec notamment plus de bio, de produits nature et santé, mais aussi plus de produits frais. Les  magasins (nom de code de cette refonte : Next) sont donc passés à un nouveau concept, et la direction espère opérer cette transformation à marche forcée, puisque 120 points de vente sont appelés à se transformer avant la fin de cette année (L’enseigne en compte 800 sur l’Hexagone)

Cette montée en gamme se traduit dans l’assortiment d’une part et dans l’agencement des supermarchés d’autre part, même si cette ambition a un coût avec la montée des prix. Rien d’exceptionnel, puisque le même phénomène avait été observé chez Lidl à partir de 2012. La prochaine loi sur l’alimentation, interdisant les promotions démesurées, ne pourrait-elle pas expliquer ce changement de cap pour l’enseigne ?

 Les hypermarchés ont tué le hard-discount en France

 

Cependant, et de manière plus pragmatique, les hard-discounters n’ont pas eu le choix de leur stratégie. En voulant devenir les champions des prix les plus bas, le hard-discount s’est mesuré à plus fort que lui : les hypermarchés. Leclerc, Carrefour ou encore Auchan ont réagi il y a des années, permettant aux consommateurs de vérifier que ces temples de la consommation disposaient réellement des prix les moins chers. Il fallait donc changer ou survivre, et tous les hard discounters l’avaient compris.

Toujours est-il que ce changement de stratégie n’est pas sans conséquences sur les points de vente, comme le confirme la fermeture de 243 magasins Dia rachetés par Carrefour et qui n’ont pas d’avenir en tant que Carrefour Contact ou Carrefour City. Concernant Leader Price, la véritable question reste de savoir s’il n’est pas déjà trop tard pour opérer ce changement.

Et vous, quel avenir voyez-vous pour le hard-discount en France ? Et pour Leader Price ?

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. juin 19, 2018

    […] fait plusieurs années, que Lidl s’est engagé dans la voie du supermarché de proximité (et Leader Price est le dernier à rejoindre le mouvement de cette montée en gamme) mais l’ancien hard-discounter allemand vient d’annoncer une nouvelle rupture avec ses […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *