La beauté se porte bien et entend encore se renforcer !

 

 

Si un marché a réussi à se relancer après la crise, il s’agit bien de celui des cosmétiques et de la beauté avec un marché qui a atteint les 9 milliards d’euros en 2016. Depuis le début des années 2010, la croissance annuelle reste en moyenne de 3.4 %, ce qui a de quoi rendre jaloux certains autres secteurs. Cette croissance n’empêche pas pour autant une certaine restructuration en la matière afin de répondre aux attentes des consommateurs.

Chaque année, le e-commerce progresse, et le digital pesait pour 8 % du secteur en 2016. Cela effrite quelque peu la mainmise des grandes chaines de parfumerie sélective, qui n’ont pour autant pas à se plaindre encore. Ainsi, Séphora, Marionnaud et les autres grands noms spécialisés représentent encore 46 % du marché en valeur. Mais la concurrence ne vient pas que d’Internet, puisque des enseignes comme Yves Rocher ou encore l’émergence de fabricants-distributeurs veulent aussi leur part du gâteau.

Un marché de la beauté concentré en phase de restructuration

 

Les 10 acteurs principaux sur le secteur représentent entre 60 et 65 % de l’activité en France. Autant dire, que les challengers doivent faire preuve d’imagination et d’appétit pour s’attaquer à cette mainmise des géants de la parfumerie et de la beauté. Les grands groupes redoublent d’efforts pour faire mieux que résister, notamment en axant leurs efforts sur l’omnicanalité avec la digitalisation des points de vente notamment.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *