Bio et bon ….pour les marges des hypermarchés 

C’est une étude de l’UFC Que Choisir, qui a mis le feu au poudre. Il s’agissait d’étudier le prix des fruits et légumes bio, et le résultat est sans appel. Les hypermarchés et les enseignes profiteraient de l’engouement du public pour le « manger sain » pour augmenter les prix. Certes, chacun sait désormais que le bio coûte plus cher que la production classique. Les marges de la Grande Distribution sur le panier bio atteindraient ainsi, selon l’UFC, 304 euros contre 169 euros seulement pour un panier traditionnel.

Les hypermarchés et supermarchés enregistrent, par exemple, une marge de 3.13 euros pour le poireau bio, alors que le poireau traditionnel ne marge qu’à 1.07. La pomme, l’un des fruits préférés et les plus consommés, voit sa marge passer de 0.77 € en conventionnel à 2.02 € en bio.

 

Le bio, un secteur attrayant pour les clients et pour les hypermarchés

 

L’étude de l’UFC Que Choisir souligne, qu’en moyenne les fruits et légumes bio enregistrent une hausse de leur prix (par rapport au conventionnel) de …79 %. Toute la question est donc de savoir si cette hausse est comparable à la hausse des dépenses supplémentaires pour s’engager dans la culture biologique. Pour l’UFC, cet écart s’explique avant tout par les marges des distributeurs.

 

L’étude a été réalisée sur 1541 magasins visités, et la conclusion du regroupement de consommateurs est sans appel :

 

  «Si les coûts de production sont plus élevés en bio, en raison notamment de rendements plus faibles, d’une main-d’œuvre relativement plus importante, cela n’explique qu’à peine la moitié du surcoût pour les consommateurs, dont 46% proviennent en réalité des sur-marges réalisées sur le bio par les grandes surfaces.»

 

Seulement la moitié du surcoût du bio payé par le consommateur reviendrait à l’agriculteur, le reste étant réservé à la marge (et donc au bénéfice) du point de vente. Des enseignes ont déjà dénoncé les méthodes employées pour la réalisation de cette étude.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *