Carrefour va-t-il changer de main ?

Sans faire grand bruit (médiatique en tout cas), la famille Moulin continue doucement mais surement à accroître son emprise sur le premier groupe de distribution français : Carrefour.

Propriétaire des galeries Lafayette, la famille Moulin est au capital de Carrefour depuis 2014, date à laquelle elle avait surpris tout le monde en acquérant 6.1 % des parts. 6.1 % qui sont passés à 10.06 % en juillet 2015 puis à 11.51 % en février dernier.

Le 24 avril dernier, des droits doubles ont été accordées à la famille, qui pèse désormais pour 15.33 % des voix, ce qui n’est plus négligeable du tout. Depuis que le groupe Arnault (8.95 % des parts à fin 2015) et Colony Capital (5.23 % des parts) avaient dissout leur union (tout en continuant à collaborer), cela a donc laissé le champ libre à la famille Moulin.

Premier actionnaire de Carrefour depuis juillet 2015, en ce qui concerne les parts de capital, la famille Moulin est donc devenue, sans que personne ne puisse le prévoir, le premier actionnaire en termes de décisions.

La multiplication des investisseurs pour Carrefour

Cette ascension se fait en même temps que celle d’Abilio Diniz, l’ancien partenaire de Casino au Brésil, qui avait déjà doublé sa participation en 2015 (date à laquelle il détenait 5.07 % du capital). Le 23 mars dernier, il a investi un peu plus dans le géant de la distribution et dispose désormais de 8.05 % du groupe, ce qui va lui permettre de se faire nommer au conseil d’administration.

 

Est-ce bénéfique pour la gouvernance du groupe de distribution que de voir la multiplication des investisseurs importants ? Certes oui, même si on peut légitimement se poser la question pour savoir si ces investisseurs partagent la même vision d’avenir pour le groupe ?

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *