Quand le e-commerce fraude pour réussir

On entend souvent les enquêtes de la DGCCRF portant sur la Grand distribution. Pourtant, le bilan 2016 de cette institution de répression fait état de 19 procédures entamées contre les sites marchands en France. Le e-commerce serait donc en passe de rejoindre les hypermarchés et autres supermarchés dans la catégorie des cibles privilégiées des enquêteurs.

Plus de 2 millions d’amendes ont été adressés et 1.5 million aurait déjà été réglé par Zalando, Amazon ou encore le Comptoir des cotonniers. En revanche, selon le journal le Parisien, certains sites se feraient tirer l’oreille en refusant de payer, comme H&M ou encore Grosbill.

Selon les autorités, d’autres amendes devraient suivre prochainement, et les sites concernés refusent de faire tout commentaire sur ces amendes. Personne ne les dénonce à corps et à cri et lorsqu’elles sont payées, elles le sont en toute discrétion.

 

Le contrôle de 10829 sites internet a permis à la DGCCRF de constater que 49 % des sites n’étaient pas conformes aux nouvelles obligations en la matière. Pour autant, les inspecteurs signalent également que dans une grande majorité des cas, cette illégalité résulte plus d’une méconnaissance des règles que d’une volonté de fraudes.

Cependant, les 19 sites marchands condamnés l’ont été pour des faits plus graves relevant de pratiques commerciales trompeuses avec des prix de référence ne correspondant pas à la réalité mais permettant d’afficher des remises disproportionnées et ainsi induire le client en erreur. On comprend mieux alors les – 70 % promis par certains acteurs du e-commerce.  Ces pratiques frauduleuses avaient déjà été dénoncées par l’UFC-Que Choisir notamment, en 2014.

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *