IKEA sur le banc des accusés

 

Ce sont des députés écologistes européens, qui ont mis le feu au poudre, en soupçonnant IKEA d’avoir dissimulé plus d’un milliard d’euros aux impôts entre 2009 et 2014. Le géant de l’ameublement rejoint donc Amazon et Google sur le banc des accusés de l’ « optimisation fiscale », doux euphémisme. Ces députés détaillent dans leur rapport, comment IKEA a procédé et évalue les pertes fiscales selon les pays à 24 millions d’euros pour la France, 35 millions pour l’Allemagne et 7.5 pour la Belgique.

Les montages fiscaux sont nombreux et complexes, et il a fallu de la ténacité à ces députés européens. De son côté, IKEA s’est défendu en déclarant « payer ses impôts conformément aux législations nationales et internationales« . Ça a été l’occasion pour le géant suédois de préciser le montant des impôts payés sur les 5 dernières années : 7.5 milliards d’euros.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *