Le commerce équitable, un avenir assuré ou incertain ?

 

Journée mondiale, quinzaine, …le Commerce équitable est à l’honneur en ce mois de mai, et impossible d’évoquer ce commerce respectueux sans penser à la marque phare en la matière : Max Havelaar. A elle seule, la marque concentre 80 % du marché français.

La marque lutte depuis sa création en 1988 contre cette dérive moderne de l’économie capitaliste, préférant rémunérer l’investissement au détriment du travail. Le directeur général de Max Havelaar France, Blaise Desbordes, résume très bien l’esprit :

« La valeur fondamentale de Max Havelaar c’est une éthique du respect. Quand vous achetez (…), vous n’achetez pas simplement un produit, vous l’achetez à une personne ou à des personnes qui sont derrière. Le moindre des respects est de les payer à un juste prix pour le travail qu’elles font« 

Mieux rémunérer les producteurs, sans pour autant augmenter les prix pour les consommateurs. L’équation est difficile à tenir et pourtant, Max Havelaar s’y efforce depuis des années. Certains s’offusqueront, que le géant tentaculaire, qu’est devenu Max Havelaar au fil des ans, soit en charge de la défense des « petits » producteurs.  Toujours est-il que le chemin est encore long, avant que ces idées ne soient consacrées sur un plan purement économique, même si la Grande Distribution peut elle-aussi trouver un bénéfice à la démarche :

 

« Premièrement, ils écoutent leurs clients qui leur demandent massivement d’être plus responsable. Deuxièmement, les produits équitables sont souvent des produits de bonne qualité. (…) Troisièmement, les entreprises de distribution veulent donner une image plus responsable. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *