Rien de nouveau pour les négos annuelles 2018

 

Plus encore que les autres années, ces négociations entre industriels et Grande Distribution sont décrites comme tendues en 2018. Certes, la loi promise pour apaiser la situation n’est pas encore entrée en vigueur, et le gouvernement, qui avait précisément désigné les hypermarchés comme une des cibles à faire plier, se contente cette année encore de déclarations de principe.La charte de bonne conduite, issue de la négociation des Etats Généraux de l’Alimentation, n’aura donc pas suffi, comme c’était tellement prévisible, à poser des bases saines pour des négociations toujours aussi opaques.

Alors que la fin de ces négos annuelles se dessinent, les industriels ont déjà fait connaître leur colère et leur incompréhension devant des demandes « systématiques de baisse de prix » de la part de le Grande Distribution, qui est, une fois de plus, accusée de ne pas prendre en compte les hausses du coût des matières premières.

Bien évidemment, les industriels s’efforcent dans le même temps de paraître vertueux et respectueux de la morale des Etats Généraux.  Pourtant, les acteurs de la Grande Distribution s’efforcent de souligner qu’ils ont fait des efforts (même si ces derniers ne sont pas encore visibles …. !!!) . Et les chaines de distribution ont beau jeu de se présenter comme les principaux défenseurs du pouvoir d’achat des consommateurs.

Le gouvernement se désole se cette situation, ne cessant de pointer la menace de la divulgation des acteurs soupçonnés de ne pas jouer le jeu. Mais quel jeu ? Les règles n’ont pas encore été définies. Certes, le gouvernement menace de durcir la législation à venir en cas d’échec de ces négociations annuelles.

Alors 2018 sera-t-elle la dernière année pour des négociations aussi mystérieuses qu’opaques ?

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *