Sarenza racheté par …Monoprix ? Une histoire de sens

 

C’est le 19 février dernier, que Monoprix annonçait entrer en négociations exclusives avec Sarenza. La filiale de Casino lorgne donc sur le spécialiste de la vente de chaussures sur Internet. Et on peut comprendre que l’enseigne Premium de Casino soit séduit par les plus de 650 marques et les 40.000 références de l’e-commerçant.

Le communiqué de presse du distributeur explique clairement les ambitions :

«Après les partenariats récents conclus par l’enseigne, notamment avec Ocado, cette acquisition vise à compléter l’offre de Monoprix et à la positionner comme un leader omnicanal du Lifestyle (Mode, Décoration, Beauté). Cette acquisition s’inscrit pleinement dans le cadre de la stratégie de digitalisation de Monoprix»,

Et Sarenza réalise un Chiffre d’affaires de plus de 250 millions d’euros, même si il faut aussi souligner l’importance (et l’incidence) des retours que doit gérer Sarenza comme tous les acteurs sur le marché de la chaussure sur la Toile.

Monoprix complète donc son communiqué :

«Cette opération permettra d’unir la puissance du réseau, de l’offre Mode, Décoration, Beauté et de l’expertise des équipes de Monoprix au savoir-faire d’e-commerçant de Sarenza, spécialiste de la chaussure et de l’accessoire pour faire émerger un leader « Lifestyle omnicanal  » inédit . « 

Même le patron de Casino, Jean-Charles Naouri, fait preuve de son optimisme en la matière en expliquant que :

«Le groupe Casino, grâce à l’acquisition de Sarenza et de ses compétences, confortera sa position de leader Français du e-commerce urbain. En effet, cette opération place Monoprix au premier rang de la vente en ligne mode et décoration»

 

Ce nouvel exemple de convergence entre e-commerce et Retail traditionnel illustre parfaitement la nécessité de préparer, dès à présent, l’avenir pour les distributeurs. Et cela explique les rachats ou les prises de participation de tous les acteurs de la Grande Distribution dans le e-commerce. La menace Amazn n’explique pas tout, mais les distributeurs ont pris conscience de l’intérêt à se préparer à cette bataille qui va se dérouler (‘c’est la seule certitude à cette heure-ci)

On se doute bien, que les clients Sarenza seront désormais invités à venir retirer leurs achats dans les magasins Monoprix, et un gain de 800 points de retrait c’est tout sauf négligeable. Mais la gestion si délicate des retours sera au cœur de la stratégie de Monoprix, qui veut réellement s’imposer come le spécialiste urbain de la mode.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *